L'Amour  mort  
 
France Mexico Mexique Espagne us .   Film   Technique   Extraits Vidéos   Galerie Photos   Blog   Interview   Actualités  

 

Festival Paris Cinéma 2009

Festival Paris CinémaRendez-vous incontournable de l’été parisien,
la 7e édition du Festival Paris Cinéma, présidé par Charlotte Rampling et soutenu par la Ville de Paris, sera inventive, éclectique et ouverte à tous les publics grâce au tarif exceptionnel de 5€ la séance, au Paris CinéPass et à de nombreux événements gratuits : la Brocante Cinéma, des ciné-concerts et un bal populaire le 14 juillet au CENTQUATRE…

Comme chaque année, le festival propose un tour du monde en 12 jours, avec cet été une escale turque, sans quitter la capitale !

Du 2 au 14 juillet, une quinzaine des salles parisiennes ouvrent leurs portes aux festivaliers qui pourront découvrir les talents de demain grâce à la Compétition internationale, des films prestigieux en avant-première en présence des équipes de films, des chefs-d’oeuvre de l’histoire du cinéma et
rencontrer de personnalités du 7e art.

La première Nuit du Cinéma le 4 juillet lancera officiellement les festivités !
Le Festival Paris Cinéma est dirigé par Aude Hesbert (déléguée générale) et Anne Barjot (secrétaire générale).


OUVERTURE PUBLIQUE « LA NUIT DU CINÉMA » samedi 4 juillet de 20h au petit matin / 5€ la séance

Au programme : des films rares, des films de genres, des avant-premières, des invités prestigieux,
des animations sans compter les chaleureuses pauses café, les croissants et de nombreuses surprises jusqu’au bout de la nuit !


Un événement original et festif qui met en valeur la richesse du parc de salles autour d’une programmation différente et audacieuse célébrant la Ville Lumière, capitale du cinéma … pour tous les noctambules cinéphiles !

La Nuit Comédies Sexy d’Asie, Nouveau Latina
La Nuit Super-héros turcs, Max Linder
La Nuit Avant-premières, Gaumont Capucines
La Nuit Russ Meyer, Cinéma du Panthéon
La Nuit Cinéma d’animation japonais, Studio des Ursulines
La Nuit Nouvelle comédie américaine, Champo…

LES INVITÉS D’HONNEUR


Le Festival Paris Cinéma met chaque année en lumière des personnalités prestigieuses du cinéma
mondial en leur présence, à l’occasion de rétrospectives riches et vivantes.

Hommage à Claudia Cardinale

« « Ne me tuez pas la Cardinale ! », hurle Visconti dans son mégaphone. Nous tournons une scène très mouvementée de Rocco et ses frères. C’est ma première rencontre avec Luchino.

J’ai un tout petit rôle, mais je réalise qu’il m’a remarquée et – mieux
– qu’il me protège. Nous sommes en 1960. Je suis au début de ma carrière. Lui, le grand Visconti, celui qui est devenu mon maître et mon ami, m’offrait son attention et, symboliquement, une place dans le cinéma italien. »

Claudia Cardinale pour « Divas Italia » Video
Si Claudia Cardinale est associée à la période faste du cinéma italien, elle a su s’imposer dans des films d’auteurs exigeants comme dans des superproductions hollywoodiennes, passant d’univers intimistes aux étendues du Far West, mais incarnant toujours avec justesse ses personnages, au plus près de l’émotion. C’est pourquoi, étant donné l’ampleur et de la richesse incroyable de la filmographie de cette immense comédienne, il semblait évident au Festival Paris Cinéma de lui rendre hommage cette année

Les temps forts du programme
- Rétrospective d’une quinzaine de ses films du 8 au 14 juillet à l’Arlequin
- Rencontre avec Claudia Cardinale à la BnF (site François-Mitterrand) le 3 juillet à 17h (entrée libre)
- Projection au Grand Action en sa présence le 3 juillet de La Viaccia de Mauro Bolognini (1961)
- Exposition « Divas Italia – Âge d’Or, Mythe et Réalité du Cinéma Italien » du 5 mai au 13 juin suivie pendant le festival
d’une exposition de photos inédites de Claudia Cardinale au Bon Marché - Rive Gauche.

Hommage à Jean-Pierre Léaud

À l'occasion de la collaboration entre Jean-Pierre Léaud et Tsaï Ming-liang pour le film Visages tourné au sein du Musée du Louvre, le Festival Paris Cinéma a décidé de célébrer cette rencontre entre le grand réalisateur taïwanais et ce comédien hors norme qu’est Jean-Pierre Léaud, dont Tsaï Ming-liang dit : « J'ai l'impression d'avoir un rapport intime avec cet homme en voyant ses films ; il parvient à nous transmettre un rapport d'intimité avec le cinéma lui-même. (…) Pour moi, le sens
du cinéma peut se retrouver sur le visage de Jean-Pierre Léaud. »

Héros inoubliable des Quatre cents coups de Truffaut qui signe ses débuts à 14 ans, Jean-Pierre Léaud incarnera à jamais l’emblème de la Nouvelle Vague. Au début des années 80, la mort de François Truffaut et l’essoufflement de la Nouvelle Vague marquent une crise dans sa carrière. Mais dès la seconde partie des années 80, son désir de cinéma toujours renouvelé d’expériences différentes est à nouveau mis à en lumière. Il rencontre de jeunes réalisateurs et navigue dans des oeuvres qui vont de la comédie populaire au film d’auteur, dévoilant de nouvelles facettes de son talent dans des rôles où on ne l’attend pas : Le Pornographe de Bertrand Bonello, Irma Vep d’Olivier Assayas

Sa désinvolture à l’humour pince-sans-rire correspond parfaitement à l’univers d’Aki Kaurismäki, avec lequel il tourne J’ai engagé un tueur en 90 puis La Vie de bohème en 92. Loin de la performance d’acteur, son travail, tout en distance et décalages, inspire toujours les plus grands réalisateurs. En 2001, le cinéaste taïwanais Tsaï Ming-liang lui rend un vibrant hommage dans Et là-bas quelle heure est-il ? Le César d’honneur qui lui est attribué en 2000 ne fait que confirmer son
statut à part dans le cinéma français d’aujourd’hui - figure éclectique, qui incarne une autre manière de jouer, ainsi que l’exigence d’un cinéma de recherche et de poésie.

Les temps forts du programme
- Rétrospective d’une trentaine de films du 4 au 14 juillet au Reflet Médicis
- Projection de La Maman et la Putain de Jean Eustache (1973) suivie d’une rencontre avec Jean-Pierre Léaud
- Carte blanche à Jean-Pierre Léaud : L'Atalante de Jean Vigo (1934)
- Journée Antoine Doinel : Baisers volés (1968), Domicile conjugal (1970) et L'Amour en fuite (1979) de François Truffaut

Intégrale Tsaï Ming-liang Auditorium du Louvre (1er) / BnF (13e)

Un univers singulier reconnaissable dès les premières images, mélange d’esthétisme, de poésie, de mélancolie et d’humour : tel est le cinéma de Tsaï Ming-liang.

En une décennie à peine, il s’est imposé comme l'un des réalisateurs les plus créatifs d'Asie, les plus appréciés aussi, comme en témoigne la pluie de prestigieuses récompenses récoltées en seulement huit films.

Né en Malaisie, diplômé en cinéma de l'université de Taiwan, il débute sa carrière comme auteur, metteur en scène et producteur de théâtre puis réalisateur pour la télévision. Les Rebelles du Dieu Néon (1993) marque son passage au 7e art. En 2001, il rend un vibrant hommage à François Truffaut et aux Quatre cents coups, son film préféré, dans Et là-bas quelle heure est-il ?,

une méditation empreinte à la fois de noirceur et de burlesque sur les dérèglements du temps, dans laquelle il parvient à insuffler grâce et légèreté. Il y met en scène l’emblématique Jean-Pierre Léaud et Lee Kang-sheng, son alter-ego à l’écran.

Les temps forts du programme
- Intégrale de ses huit longs métrages du 3 au 5 juillet à l’Auditorium du Louvre
- Projection en sa présence le 3 juillet à 20h de Et là-bas quelle heure est-il ? (2001) suivie d’une rencontre avec le public
- Masterclass à la BnF (site François-Mitterrand) le 5 juillet à 17h (entrée libre)

Hommage à Lluis Miñarro Nouveau Latina (4e)

Le Festival Paris Cinéma propose de découvrir une personnalité du cinéma espagnol contemporain, un producteur hors normes, en sa présence : Lluis Miñarro (Barcelone 1949) et à sa maison de production Eddie Saeta créée en 1995.

Après une belle carrière dans la publicité, en véritable mécène des arts, il décide produire ses films en toute liberté, laissant carte blanche à ses réalisateurs dans leurs projets sans courir à tout prix après le succès commercial. Ses films ont indéniablement marqué le renouveau de la scène du cinéma d’auteur espagnol contemporain.

Les temps forts du programme
Avant-première des films de Lisandro Alonso Liverpool et de Manuel de Oliveira Eccentricities of a Blonde-haired Girl.

LE PAYS À L’HONNEUR : LA TURQUIE

- dans le cadre de la Saison de la Turquie en France -
Après le Brésil, la Corée, le Liban et les Philippines, le festival donne un coup de projecteur sur la
Turquie afin de mettre en valeur toute la créativité de ses cinéastes, le dynamisme de ses producteurs et donner un aperçu de toute la diversité du cinéma turc aujourd’hui.

À travers un panorama d’une trentaine de films (courts et longs métrages, documentaires…) et des rencontres avec les nouveaux talents du cinéma turc - réalisateurs, comédiens, scénaristes… -, le public retrouvera le plaisir de découvrir sur grand écran les succès du box-office national ainsi que quelques raretés et curiosités issues du cinéma de genre : films cultes et séries Z. Enfin, des incursions dans l’Histoire avec de grands classiques complèteront cette plongée inédite au coeur de la Turquie.

Les temps forts du programme
- 40 films et une vingtaine d’invités présents du 4 au 14 juillet au MK2 Bibliothèque (13e), au Magic Cinéma (Bobigny) et au Méliès (Montreuil)
- Hommage au cinéaste Nuri Bilge Ceylan en sa présence
- Programmation « Regards croisés Allemagne-Turquie »
- Coup de projecteur sur la réalisatrice Yesim Ustaoglu (en sa présence)
- Coup de projecteur sur le réalisateur Reha Erdem (en sa présence)
- Nuit Super-héros turcs dans le cadre de La Nuit du Cinéma, le samedi 4 juillet
- Atelier pratique sur la co-production autour des films de Semih Kaplanoglü et Yesim Ustaoglu

FESTIVAL PARIS CINÉMA
155, rue de Charonne
75011 Paris
www.pariscinema.org

 

 

 



 

      

 Biosstars Copyright 2009 Tous droits réservés

Biosstars - Mexico - Us - Biz

Festival Paris Cinéma